Article ZOOM - PME: dix étapes pour faire le saut du numérique

Farvagny, le 29 novembre 2018 - Neurones a été invité a partager son expérience dans le domaine de la digitalisation par le magazine des entrepreneurs ZOOM. Le magazine ZOOM est publié par la société BDO, l’une des plus importantes sociétés spécialisées dans l’audit, les services fiduciaires et le conseil en Suisse.

Le thème de l'article porte sur les 10 étapes pour une transformation numérique réussie, que nous partageons avec vous aujourd'hui.

dix étapes stratégie numérique

1. Des dirigeants qui veulent et osent

«La transformation numérique est avant tout une volonté, celle de se réinventer.

Quelle que soit la taille de la structure, l’élan doit provenir de l’équipe de direction. Cette dernière est-elle prête à se remettre en question et à se projeter en avant dans sa stratégie?

Le numérique n’est pas qu’une vitrine. Il s’agit d’en comprendre les enjeux, de croire en la nécessité d’évoluer et de s’en donner les moyens.»

 2. Faire un point de la situation

«Chaque entreprise se situe à une étape différente de son évolution numérique. En amont de toute action, il convient de faire un point de situation, de jeter un regard critique sur la position de son entreprise par rapport au marché et à la concurrence. Cette introspection évalue non seulement le niveau technologique, mais aussi l’organisation, les processus et l’état d’esprit de la PME.»

3. Identifier les maillons de la chaîne de valeur

«L’analyse de la chaîne de valeur permet d’identifier, au sein de l’entreprise, les différentes activités créatrices de valeur pour le client et génératrices de marge pour l’entreprise. Chaque maillon pourra ensuite être optimisé par le biais d’améliorations numériques.»

4. La définition d’objectifs SMART

«Sur la base du positionnement souhaité par la direction de l’entreprise, des objectifs SMART (spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement définis, ndlr) se doivent d’être fixés, pour une meilleure évaluation des actions entreprises.»

5. Communication et adhésion

«Il est capital d’obtenir l’adhésion unanime des collaborateurs. Tout projet d’envergure basé sur des mesures coercitives est voué à l’échec. D’où l’importance d’une communication positive et efficace, couplée à des instances de dialogue ou des groupes de travail, afin d’insuffler un engagement collectif.»

6. Un système d’information performant

«Le système d’information, en lien direct avec la gestion de la sécurité, permet aux différents acteurs de véhiculer des informations et de communiquer grâce à un ensemble de ressources matérielles et logicielles. Véritable socle sur lequel repose la transformation numérique, il se doit de posséder une architecture solide et une infrastructure performante.»

7. Des logiciels qui améliorent l’efficacité

«La couche applicative se pose sur ces fondations solidifiées, s’appuyant sur des solutions logicielles fi ables et adaptées. De ces dernières dépendent la récolte, le stockage et l’exploitation des données de l’organisation, notamment par le biais de portails d’entreprise et de gestion de documents. »

8. Personnes, processus et organisation

«Cette étape constitue une sorte de synthèse des précédentes. Il s’agit de trouver une adéquation entre l’organisation, les processus et les personnes qui composent l’entreprise, une fois rajoutée la couche l’optimisation numérique.»

9. Mesurer et analyser grâce aux indicateurs de performance

«Les KPI (Key Performance Indicator, ou indicateur clé de performance, ndlr) permettent le pilotage et le suivi de l’activité. La donnée est désormais disponible. Mais comment la valoriser, à quel niveau, à quelle fréquence? Il  s’agit de définir ces paramètres en fonction des objectifs de l’entreprise.»

10. Ajustements, optimisation et suivi

«Les résultats de la numérisation doivent être régulièrement analysés, afin d’ajuster les actions et de favoriser ainsi l’atteinte des objectifs. La planification des maintenances, des mises à jour ou des évolutions technologiques peut se faire sur plusieurs années. Le questionnement est continu.».

Pour terminer, voici trois questions à Jeff Curcio, directeur associé de Neurones. 

D’après votre expérience, quels sont les principaux freins à la numérisation des PME?

La première barrière, purement psychologique, est la peur du changement et de ce qu’il implique pour l’organisation de l’entreprise et les collaborateurs. Pourtant, l’évolution technologique n’est pas synonyme de suppression d’emplois. Il s’agit plutôt d’utiliser le temps des collaborateurs de manière plus efficiente et valorisante, en les débarrassant des tâches dénuées de valeur ajoutée. Les autres freins à la numérisation résident dans le manque de moyens financiers et l’absence de savoir-faire, avec des patrons parfois livrés à eux-mêmes.

C’est là qu’une société comme Neurones intervient …

L’accompagnement de A à Z est notre cœur de métier. Loin de nous contenter d’une approche théorique pure, nous venons avec des solutions, pour ce qui touche aux aspects techniques autant qu’à la stratégie d’entreprise et à la gouvernance des systèmes d’information.

Comment débute la collaboration?

Il y a d’abord une démarche d’écoute attentive du client et une compréhension fifi ne de ses préoccupations. Ensuite – dans la partie «logiciels de performance» – nous commençons souvent par la numérisation d’un processus simple, comme le traitement des factures ou du dossier collaborateur. Comme l’appétit vient en mangeant, tout devient alors plus facile!

PDF iconLire le magazine complet

Propos recueillis par Frank-Olivier Baechler. Photos de Jean-Luc Grossmann. 

Share

Contactez-nous

Genève - 16-18 Quai du Seujet - 1201 Genève

Fribourg - Z.I d'In Riaux 8 - 1726 Farvagny / Fribourg

+41 (0) 26 460 89 89

CAPTCHA
Cette question permet de valider que vous êtes un humain
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.